Suivez-moi de Salles-Courbatiès à Najac pour deux jours de randonnée entre bastides et gorges de l’Aveyron. Un peu plus de 36 kilomètres à parcourir sur le GR 62b et le GR 36 en direction de Saint-Jacques de Compostelle.

Départ en train de Najac

Forteresse de Najac
Aurélie Michel

C’est avec une superbe vue en contre plongée sur le donjon de la Forteresse Royale de Najac (200 mètres au-dessus de l’Aveyron) que j’attends patiemment l’arrivée de mon train.  Il est là ; je m’installe dans l’une des 2 voitures. Ça y est, le voyage commence… 

Court trajet de 15 minutes vers Salles-Courbatiers mais première découverte : les gorges de l’Aveyron vu du train entre Najac et Monteils.  11 ponts, 9 tunnels, c’est la prouesse technique qui a été réalisée entre 1853 et 1858 pour construire les 6 km de voie de chemin de fer reliant ces 2 villages. 

Vert, boisé, enclavé et luxuriant sont les mots qui me viennent quand je regarde par la fenêtre.  

Première étape : Salles Courbaties – Villeneuve d’Aveyron

Après un premier arrêt du train à Villefranche de Rouergue, le train repart pour traverser le causse et arriver en gare de Salles-Courbatiès où m’attend sur le quai de la toute petite gare : Stéphanie. En effet, quelle chance ! Elle transportera mes bagages jusqu’à mon étape de ce soir et moi je pars légère pour 7.5 km de randonnée.

Me voilà sur le Causse de Villeneuve ! On m’avait dit tu verras le causse c’est un vaste plateau calcaire, aride et sec avec une faible végétation et beaucoup de cailloux…  Eh bien quelle surprise : roselière, grande douve, butor étoilé, bécassine des marais, bruant des roseaux, busard St-Martin, râle d’eau…. Oui une zone humide sur sol calcaire, c’est très rare ! Je traverse le marais de Montaris qui donne naissance à la rivière La Diège. Si comme moi, vous avez la chance de croiser un local, demandez-lui de vous raconter la légende du géant Gargantua à la source ! 

Aurélie Michel

Le Causse de Villeneuve

Ces beaux chemins blancs me donnent envie de revenir faire du vélo dans le coin.

Eglise du Saint-Sépulcre à Villeneuve
Aurélie Michel

Ma première étape est terminée ; j’arrive et découvre le charmant village de Villeneuve d’Aveyron où je retrouver Stéphanie, mon hôte de ce soir à La Maison des Pèlerins.  

Après première cette nuit au cœur de la cité médiévale, je visite à 2 pas de mon hébergement l’église Saint-Sépulcre ornée de peintures murales représentant la légende du pendu/dépendu, une légende liée au chemin vers Saint Jacques de Compostelle justement !

Seconde étape : Villeneuve – Villefranche de Rouergue

Je pars aujourd’hui pour une randonnée de 14 km à la découverte du causse au relief plat, doux et facile, de quoi me perdre dans mes méditations. Je m’enfonce dans les sous -bois de chêne et entends des chants d’oiseaux mais lesquels ?

Les Conteurs

Cazelle ou gariotte ?

Ces constructions en pierre sèches n’ont maintenant plus de secrets pour moi.

À Villefranche de Rouergue je retrouve la rivière Aveyron. Mon arrivée dans l’après-midi me donne le temps de visiter la chapelle Saint Jacques, la Chapelle des Pénitents Noirs et la Chartreuse Saint Sauveur.

Après cette journée bien remplie, je profite de cette chambre confortable et originale : un lit rond au sein de l’hôtel Les Fleurines. Romain, le propriétaire m’a conseillé une bonne table pour ce soir à quelques pas de là : Gaya. Produits frais cuisinés avec goût et inventivité, je me régale !

Il est maintenant l’heure d’aller dormir. Je dis bonne nuit à la chapelle des Pénitents Noirs que j’aperçois depuis ma fenêtre avant de sombrer dans un profond sommeil.

Dernière étape : Villefranche de Rouergue – Najac 

Après 3 jours, tout en progression, j’ai eu le temps de m’échauffer ! Aujourd’hui c’est mon dernier jour de marche : 22.5 km.

Pour commencer ma journée, à nouveau un paysage de Causse… et aux abords de La Rouquette le long des murets et au pied des chênes, j’ai eu la chance de voir des orchidées : l’orchis pourpre, l’orchis mâle mais aussi l’ophrys mouche et l’ophrys abeille. En effet, la Lande de La Borie et ses pelouses sèches classées Espace Naturel Sensible et site Natura 2000 recèlent d’espèces rares et protégées. Le mois de mai a été le mois idéal pour me permettre de les observer.

Monteils
Sylvie Bosc

Arrivée à Monteils, je profite de la boulangerie et de l’épicerie de ce petit village calme et paisible pour faire ma pause détente pique-nique, allongée dans l’herbe verte fraichement tondue au bord du ruisseau et du petit pont en bois.

Après un café en terrasse au bar du village, je repars pour les 8.5 km restants.

En approchant de Najac, le sol n’est plus le même, le terrain est plus accidenté. Je croise des bruyères, des genêts et des châtaigniers, ceux qui ont nourrit les populations et le bétail pendant des siècles.  

Une belle récompense m’attend au bout de ma journée : la superbe cité médiévale de Najac ! La boucle est bouclée

Ce soir, je dors au glamping El Camino de Najac ! Une tente tout confort m’attend avec pour seuls voisins les oiseaux. Je vais y passer deux nuits pour pouvoir profiter de Najac, de son château et de la Maison du Gouverneur.

Mon conseil

Profitez de la ligne de train Aurillac – Toulouse sur laquelle vous avez des arrêts à Salles-Courbatiès, Villefranche de Rouergue et Najac. Un vrai confort pour voyager en itinérance !

Thématiques

Stéphanie

À propos de Stéphanie

100% locale ! Ex-créatrice et organisatrice de séjours itinérants « La Balade des Cités Médiévales », « Terre d’Histoire et Village d’exception »… je vous les recommande pour découvrir le coin, ses chemins secrets et paisibles, ses petites routes peu fréquentées ! Randonnées, sorties vélo ou VTT, via ferrata... je ne m'ennuie jamais dans ce coin d'Occitanie !

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu