De la place des Conques, à l’église de Villeneuve, en passant par les ruelles tortueuses de la cité médiévale, la visite guidée aux flambeaux nous plonge dans une atmosphère féérique.

Après un bon repas en terrasse, dans le village médiéval de Villeneuve, nous avons rendez-vous à l’Office de Tourisme vers 21h pour une visite aux flambeaux.

Le temps est agréable, par cette douce soirée d’été, nous traversons tranquillement les ruelles de la cité médiévale jusqu’à la Place des Conques.

Un petit groupe est déjà là, et au milieu, le guide Ludovic, avec son chapeau canotier sur la tête, est reconnaissable, il discute avec les gens… Nous nous approchons, notre billet en main puis quelques minutes plus tard, c’est parti !

Un patrimoine et ses légendes

Il fait encore jour, nous nous dirigeons vers la tour Cardalhac, qui est immense ! Cette tour était une tour défensive bâtie au moment de la guerre de 100 ans… Le guide nous fait lever les yeux sous le porche, on y voit un assommoir où les villageois et soldats pouvaient jeter des pierres sur les assaillants… pas très accueillant !!!

Puis le groupe se dirige vers l’église, la tombée de la nuit commence, le soleil disparaît lentement derrière les toits en tuiles rouges des maisons, et nous voilà sur la place de l’église du Saint-Sépulcre.

Nous suivons Ludovic à l’intérieur… il fait sombre mais il y a assez de luminosité pour qu’il nous fasse découvrir la légende du Pendu-Dépendu, une fresque peinte dans l’une des chapelles de l’église.

Vous connaissez cette histoire ? Je vais vous la conter en quelques lignes !

Villeneuve est sur le chemin vers St Jacques de Compostelle, dans les temps anciens, c’était une halte importante et il fallait avertir les pèlerins des dangers du pèlerinage : vols, pillages, …

En l’an 1020, un père, une mère et leur fils avaient décidé d’entreprendre un pèlerinage vers St Jacques de Compostelle, arrivés à Santo Domingo de la Calzade ils décident de dormir dans une auberge. La fille de l’aubergiste trouve le jeune homme à son goût et essaye de lui faire des révérences, celui-ci n’étant pas intéressé, la repousse. Par vengeance, elle décide de punir le bel homme et cache la plus belle coupe de son père dans le sac du malheureux. Le lendemain, l’aubergiste s’aperçoit du délit et crie au vol. Les sacs sont fouillés, et bien évidemment le jeune homme est accusé. Sans un procès très digne, il est condamné à la peine capitale : la pendaison, malgré sa défense.

Ses parents, emplis de chagrin continuent leur chemin, vont jusqu’à St Jacques et repassent par le maudit village… Arrivés au pied de l’arbre où a été pendu leur fils, celui-ci leur parle et leur dit « Ne pleurez pas, St Jacques me soutient sous les pieds, il sait que je suis innocent ». Sur ces mots, les parents filent voir le juge et demandent à revoir la décision de celui-ci, mais il est en train de dîner en famille avec un coq et une poule rôtis sur la table, et n’a que faire des quémandages de voyageurs. Il leur répond : « si ce coq se met à danser sur la table, je veux bien revoir mon jugement… et… MIRACLE ! Le coq se mit à danser sur la table ! »

Après cet épisode, le juge ne put qu’admettre qu’il s’était trompé, il libéra le jeune homme de son gibet et la jeune fille fut soumise à son triste sort pour le mensonge qu’elle avait commis.

La magie opère…

Après avoir entendu cette histoire racontée par Ludovic, nous nous dirigeons vers la sortie et là, surprise, les rues sont silencieuses, la nuit à enveloppée la bastide…

On entend au loin des gens qui trinquent, des enfants qui jouent, sûrement une famille en vacances qui profite de cette soirée estivale sur le Causse ?

Et là, la lumière apparaît : uns à uns, les flambeaux s’allument, les visages des gens du groupe s’éclairent selon l’ondulation des flammes qui suivent la brise légère, les enfants s’émerveillent avec leurs luminions… Dans le silence pour quelques secondes, chacun observe ce balai dansant et profite du moment sous les étoiles scintillantes !

Des décors révélés par les flambeaux

Puis, c’est reparti, nous suivons le guide, prudents et heureux de vivre ce moment unique au cœur des ruelles labyrinthiques de Villeneuve… On écoute presque religieusement ses paroles, nous nous déplaçons dans le silence, pour ne pas troubler l’atmosphère ambiante, et même Ludovic a baissé le son de sa voix comme pour nous murmurer des secrets… Il nous conte l’histoire de Villeneuve, nous montre quelques « curieux », ces petites têtes de bonhommes sculptés dans les pierres blanches du causse qui nous épient, il s’arrête devant les maisons à pans de bois de la rue pavée et nous indique des encorbellements… Quelle découverte !

Ce qui est fascinant, c’est de voir les détails des sculptures, des murs, des fenêtres à meneaux à la lumière des flambeaux… tout au long de la visite, ils éclairent des pans de l’histoire au fil des rues.

Nous revoilà sur la Place des Conques, il est presque 23h mais le temps semble s’être arrêté… les petites histoires de Ludovic et la grande histoire de Villeneuve ont fait de ce moment une pause dans nos vacances : loin de l’agitation, loin des obligations, juste un joli moment sous les étoiles au cœur du Causse !


Thématiques

À propos de Gaëlle

Ici, j'aime la tranquillité et la nature environnante, loin des foules, on est bien ! Terre d'authenticité, notre territoire est 100% vrai, avec des gens fiers de leur pays et c'est ça aussi l'Aveyron. Mon rendez-vous à ne pas manquer : les marchés où l'on peut acheter de bons produits locaux, c'est idéal pour partager un repas avec la famille et les amis !

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu